Famille dans la rue : lettre ouverte au Préfet de Tarn-et-Garonne,

Publié le par Le blog de la Gauche Anticapitaliste du Tarn & Garonne

Famille dans la rue : lettre ouverte au Préfet de Tarn-et-Garonne,

Monsieur Le Préfet,

Nous constatons tous les soirs que des personnes, des familles avec des enfants en bas âge, dorment dans les jardins publics ou dans la rue. Ceci est la conséquence des réponses négatives apportées par lesservices concernés à des demandes d’hébergement de personnes sans toit.

Pourtant le droit est clair en lamatière, et notamment, le Code de l’Action Sociale et des familles dans son article L.345-2-2 stipule que :

« Toute personne sans abri en situation de détresse mentale, psychique et sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence. »

L’Etat français est dans l’obligation d’héberger toutes ces personnes.Nous dénonçons fermement le fait que : · les services en charge de l’accueil des demandeurs d’asile n’ont plus les moyens de répondre aux besoins, · la méthode des « chaises musicales » est de plus en plus souvent employée, faisant sortir dans la rue des familles préalablement hébergées au 115 pour y en placer d’autres.

Nous ne pouvons accepter la banalisation officielle du fait que des personnes, des familles vivent à la rue, · les conséquences néfastes de la suppression de la plateforme montalbanaise d’accueil des demandeurs d’asile depuis plusieurs mois.

Monsieur Le Préfet, par courrier du 5 août vos services ont été sollicités pour que les mesures nécessaires soient prises. Nous n’avons à ce jour reçu aucune réponse.

Cette situation est humainement et légalement insoutenable. Aussi, nous vous demandons de trouver des solutions d’hébergement dignes, pour les personnes concernées, en particulier par la réquisition immédiate de bâtiments inoccupés sur la ville de Montauban.

Monsieur Le préfet, nous espérons fortement que vous saurez répondre à l’indignation que suscite ce manquement de l’Etat.

Veuillez recevoir, Monsieur le Préfet, l’expression de notre haute considération.

Montauban, le 9 septembre 2013.

Organisations départementales signataires au 2 septembre 2013:

AMAR, CDAFAL, CNL, CGT, CIMADE, CPARLESMO, EMMMAÜS, FO, FRONT DE GAUCHE (GA, GU, PCF, PG), FRANCAS, FSU, SNUIPP, NPA, SGEN-CFDT, PAS SANS TOIT, RESF, SOLIDAIRES, SECOURS CATHOLIQUE, MONTAUBAN CITOYENNE,

Contacts : resf_82@yahoo.fr

Famille dans la rue : lettre ouverte au Préfet de Tarn-et-Garonne,

Montauban, Brigitte Barèges persiste à ne pas scolariser des enfants!!!

Après vérification vendredi dernier auprès du service scolaire de la mairie, les dossiers des enfants étrangers n'ont à aucun moment été examinés en commission d'affectation.

Ils sont bloqués depuis le mois de mai au cabinet du maire.

Une fois de plus, Mme le maire, Brigitte Barèges, refuse, dans l'illégalité totale, l'accès à l'éducation à certains enfants de la commune.

l'Inspection académique a été contactée et prévenue. Compte tenu que nous sommes à la veille de la rentrée, et pour permettre aux enfants de commencer l'école le plus vite possible, une inscription provisoire sera faite par l'Education Nationale auprès des directeurs ou directrices d'écoles.

Famille dans la rue : lettre ouverte au Préfet de Tarn-et-Garonne,

Communiqué de la GA. 360 personnes à la rue à Clermont-Ferrand : il faut les reloger durablement.

Depuis le 2 septembre, 360 personnes dont 160 enfants sont à la rue, privées de tout hébergement. Etranglée financièrement, l'ANEF qui gère le 115 ne peut plus faire face. Ses dettes se montent à plusieurs centaines de milliers d'euros.

Des demandeurs d'asile, des mères célibataires avec enfants, des femmes victimes de violence, notamment, en sont réduits à camper dans la rue, à trouver un asile provisoire dans une église qui doit être évacuée le lendemain.

Cette situation est insupportable !

L'aide de l'Etat est insuffisante et en constante diminution à cause de la politique d'austérité qui guide les choix du gouvernement de J.M. Ayrault.

La montée du chômage, de la précarité et de la pauvreté jettent à la rue de plus en plus de personnes. C'est ainsi qu'à Clermont-Ferrand l'hébergement d'urgence a vu les demandes qu'il doit traiter être multiplié par quatre en trois ans.

Sur place, la solidarité s'organise et la Gauche anticapitaliste, membre du Front de gauche, exige le relogement immédiat et durable de ces 360 personnes.

Le 4 septembre 2013.

Famille dans la rue : lettre ouverte au Préfet de Tarn-et-Garonne,